19 août 2009

The Matthews Final

matthewsfinal1


BLACKPOOL


blackpoollogo


BOLTON


oldbolton


Shorts bouffants, photo en noir et blanc, nous remontons bien dans le temps aujourd'hui pour s'attarder sur la finale de la Coupe d'Angleterre 1953, le seul titre qui figure au palmarès du premier Ballon d'Or (1956) de l'histoire, le grand Stanley Matthews. L'immédiat après guerre et les années 50 correspondent à l'âge d'or de Blackpool. Les Tangerines vont en quelques années collectionner 3 finales de Cup et quelques belles places en première division (5ème en 46/47, 3ème en 50/51, 2ème en 55/56, 4ème en 56/57, ...). En Cup, les finales de 1948 (4-2 face à Manchester United) et de 1951 (2-0 face à Newcastle United) se soldent par deux défaites. Arrive donc l'édition 1953 où après avoir éliminé Sheffield Wednesday, Huddersfield, Southampton, Arsenal et Tottenham, les Seasiders se présentent à nouveau à Wembley. Face à eux, Bolton. Les Wanderers sont quant à eux des habitués des succès en Cup. Ils atteignirent tout d'abord la finale en 1894 (défaite 4-1 face à Notts County à Goodison Park) et 10 ans plus tard, en 1904 (défaite 1-0 face à Manchester City à Crystal Palace) sans succès.


La 3ème tentative le 28 Avril 1923 fut la bonne et le match rentra d'ailleurs dans la légende pour plusieurs saisons. Tout d'abord, cette finale était la première à se dérouler dans le tout nouveau stade londonien de Wembley (ou plus exactement à l'Empire Stadium son nom à l'époque) qui était pour la première fois ouvert au public à cette occasion. La rencontre opposait Bolton à West Ham Dès la 2ème minute, David Jack (Bolton) devint le premier joueur à marquer un but à Wembley. Les Wanderers aggravèrent la marque à la 53ème minute par Jack Smith pour empocher la première Coupe d'Angleterre de leur histoire. Mais cette finale est également connue sous le nom de "White Horse Final". Officiellement, 126 947 spectateurs assistèrent au match (pour une capacité de 127 000 places) mais l'ardeur était telle pour assister à cette finale dans le nouveau stade national qu'il y avait en réalité plus de 200 000 spectateurs ! Quelques historiens estiment que jusqu'à 240 000 étaient à l'intérieur du stade et que 45 000 étaient devant les portes fermées à clef ! Ces chiffres sont néanmoins très difficilement vérifiables puisque aucun enregistrement précis n'a été conservé. Bien sûr, vu le surplus de spectateurs sans billets, la foule a débordé sur le terrain, occasionnant des troubles, et l'on dût faire appel à la police montée pour ramener l'ordre et pouvoir donner le coup d'envoi de la rencontre. Parmi ses policiers, George Scorey et son cheval blanc « Billie » qui fit refluer dans les tribunes et sur les côtés du terrain. Bien que l'arrivée, au même instant, du roi George V dans les tribunes ait dû également participer au retour au calme, la finale est depuis restée dans les annales sous le nom de "White Horse Final", la finale du cheval blanc. Outre ce succès, Bolton remporta la Cup à deux autres reprises durant les 20's : en 1926, 1-0 face à Manchester City grâce à un nouveau but de David Jack, et en 1929 face à Portsmouth 2-0.


Feuille du match : Blackpool - Bolton Wanderers 4-3

Buts :
Blackpool : Stan Mortensen (35ème, 68ème, 89ème), Bill Perry (92ème)
Bolton : Nat Lofthouse (2ème), Willie Moir (40ème), Eric Bell (55ème)

Lieu : Londres, Wembley (Empire Stadium)

Date : 2 Mai 1953

Arbitre : M. Griffiths

Affluence : 100 000 spectateurs

Composition des équipes :

Blackpool : George Farm - Eddie Shimwell, Tom Garrett - Ewan Fenton, Henry Johnston, Cyril Robinson - Stanley Matthews, Ernie Taylor, Stan Mortensen, Jackie Mudie, Bill Perry. Entr: Joe Smith.

Bolton Wanderers : Stan Hanson - John Ball, Ralph Banks - Johnny Wheeler, Malcolm Barrass, Eric Bell - Doug Holden, Willie Moir, Nat Lofthouse, Harold Hassall, Robert Langton. Entr: Bill Ridding.
 


Le Match :


matthewsfinal2


Même du temps des finales entre Wanderers (aucun rapport avec Bolton ou Wolverhampton. Ces Wanderers là étaient un club amateur basé à Battersea, un quartier de Londres. C'est l'un des clubs fondateurs de la Football Association en 1863), Old Etonians ou autres Royal Engineers disputées au Kennington Oval lors des années 1870, on n'avait pas vu ça : 7 buts inscrits lors d'une finale de Cup, record de la finale de 1890 entre Blackburn Rovers et Sheffield Wednesday (encore appelé The Wednesday), 6-1 pour les Rovers, égalé ! En battant Bolton Wanderers par 4 buts à 3, Blackpool entrait donc dans l'histoire en ce 2 Mai 1953. Après deux échecs, la troisième tentative était la bonne pour les Tangerines mais un hommage doit être rendu à leurs valeureux adversaires, les Bolton Wanderers, car il faut être deux pour faire une grande rencontre. Une équipe de Bolton qui pensait déjà tenir la quatrième Cup de son histoire en menant 3 buts à 1 à 25 minutes de la fin du match. Pourtant, après la cruelle défaite au terme des arrêts de jeux, les Wanderers félicitèrent et applaudirent leurs vainqueurs du jour. Un comportement de gentlemen dont certains devraient s'inspirer à l'heure actuelle. Mais revenons à 1953 et à cette finale de Cup qui resta (et restera) longtemps gravée dans les mémoires. Elle vivra non seulement dans les esprits de la foule de 100 000 spectateurs qui s'étaient massés à Wembley par ce beau soleil de printemps mais également des millions de personnes qui l'ont vu sur écran lors des nombreuses rétrospectives accordés à la Cup ou même sur le DVD édité récemment (2005). Mais je m'égare encore, une habitude, revenons donc au terrain et ce sera bien suffisant tellement ce match fut plein et enlevé.


The Matthews's Final... Qui d'autre que Stanley Matthews aurait pu redresser la situation bien compromise pour Blackpool dans ce derby du Lancashire, les deux villes ne sont distantes que d'une cinquantaine de kilomètres ? Le match commença comme il allait finir, par un coup du sort. Après seulement 75 secondes de jeu, Nat Lofthouse avait déjà catapulté d'une frappe lointaine le ballon dans les filets de Blackpool. George Farm, le portier des Seasiders, trompé par le rebond de la frappe apparemment anodine, ne semble d'ailleurs par exempt de tout reproche sur le coup. A la 20ème minute, Lofthouse eut l'occasion de doubler la mise lorsque bien lancé par Moir, il vit sa frappe aller mourir sur le montant d'un Farm à nouveau battu. Dure entrée en matière pour Blackpool qui semblait à ce moment là n'être pas rentré dans le match... Et puis soudain, Mortensen surgit à la 35ème minute, passa Barras et Ball et d'une frappe déviée égalisa. Un répit de courte durée pour son équipe puisque Bolton reprit l'avantage avant la mi-temps par Willie Moir sur une nouvelle erreur de Farm. Décidemment peu inspiré ce dernier sortit pour attraper une ouverture aérienne de Robert Langton mais se fit devancer par Moir qui détourna légèrement la balle pour ajouter un second but au compteur de Bolton. 2-1 pour les Wanderers à la pause et bientôt 3-1 peu avant l'heure de jeu lorsque Eric Bell, pourtant blessé (!) ajouta un 3ème but pour son équipe, plus grand monde ne croyait aux chances des Tangerines. Certes Blackpool construisait, combinait bien mais manquer de réalisme devant le but adverse. Ce 3ème but semblait d'ailleurs résonner comme la fin des espoirs de Blackpool de remporter enfin la Cup. C'était sans compter sur Stanley Matthews. Un débordement et un centre repris par Stan Mortensen plus tard, les Seasiders ne pointaient déjà plus qu'à une longueur. Et si Farm s'était illustré par sa maladresse en première période, le gardien de Bolton, Stan Hanson, se distingua lui aussi sur ce but en relâchant le centre de Matthews, qu'il semblait pourtant avoir capté, permettant ainsi à Mortensen de conclure au ras du poteau une action quelque peu fouilli.


Les dernières vingt minutes allaient donc être palpitantes. A maintes reprises, Matthews tourna son adversaire direct en bourrique, démontrant pourquoi on l'avait surnommé "The Wizard of Dribble". Dans cette fin de match ahurissante, chaque ballon dont s’emparait Matthews devenait une occasion de but. Mais le tic-tac des horloges se faisait de plus en plus pressant et lorsque à 3 minutes de la fin du temps réglementaire le score était toujours en faveur de Bolton, toutes les prouesses de Matthews semblèrent insuffisantes... L'arbitre siffla alors un coup-franc bien placé pour Blackpool, légèrement excentré sur la gauche, l'occasion de la dernière chance. La dernière peut être mais en tout ce fut la bonne puisque Mortensen réalisa un triplé en envoyant d'une lourde frappe la balle se loger dans les filets d'un Hanson qui n'esquissa pas le moindre geste. 3-3, à la dernière seconde, Blackpool avait réussi son pari en revenant au score et n'allait pas en rester là. Remise en jeu, la balle revient à nouveau bien sûr dans les pieds de Matthews qui déborde, déséquilibre son adversaire direct, et un genou à terre, adresse in extremis un centre en retrait, un véritable caviar à Perry qui ne se prive pas d'envoyer la balle aux fonds des filets pour le 4ème but des Tangerines. Explosion de joie parmi les joueurs de Blackpool, ils venaient de battre Bolton au terme d'une incroyable course-poursuite rondement menée par leur maître à jouer Stanley Matthews. Il y a des jours où la réalité dépasse la fiction pour fournir des fins idéales. Pendant que Matthews montait recevoir des mains de la reine Elizabeth II sa médaille de vainqueur, il reçut une ovation de tout Wembley comme rarement un joueur en a eu. Et cela continua lors du tour d'honneur lorsqu'il fut porté en triomphe par ses partenaires. Un honneur bien normal puisque c'est en grande partie à Stanley Matthews que Blackpool doit sa victoire. Lui seul a su entièrement exploité les ennuis (blessures) qui ont désorganisé les Wanderers alors que ses partenaires étaient encore déstabilisés d'être totalement passé à côté de leur début de match. Un gros manque de confiance dont le symbole est sûrement, malgré lui, le gardien George Farm dont les deux erreurs coûtèrent deux buts : un en début de match et un juste après l'égalisation de Blackpool, deux moments de déconcentration payait cash par toute l'équipe. Si cette finale est passée à la postérité comme "The Matthews Final", il faut également souligner le courage de Bolton qui bien qu'avec seulement 9 joueurs "valides" (blessures pour Eric Bell et Ralph Banks qui obligea l'entraîneur à faire reculer Harold Hassall de son poste d'attaquant à défenseur !) sur la pelouse se battit pour conserver jusqu'au bout son avantage !


"Prolongations" :


Si Bolton ne remporta pas sa 4ème Coupe d'Angleterre à cette occasion, ce ne fut que partie remise. 5 ans plus tard, les Wanderers s'imposèrent sans coup férir face à Manchester United, 2 à 0 sur un doublé de Nat Lofthouse. Un match chargé d'émotions puisqu’il se déroulait quelques mois après le terrible accident d'avion qui avait décimé les Busby Babes de Manchester. Au contraire de Bolton, cette Cup, version 1953, reste l'unique trophée national qui figure au palmarès de Blackpool, une Cup qui restera éternellement lié à Stanley Matthews qui se battit jusqu'au bout pour que les Tangerines l'emporte, allant jusqu'à délivrer la passe décisive sur le but de Perry, avec un genou à terre. Une belle image chevaleresque. Une image qui marquera à jamais les esprits, notamment ceux des journalistes présents à Wembley à qui l’on demandera, trois ans plus tard, d’élire le meilleur footballeur européen. Un premier Ballon d'Or dont fut donc honoré Stanley Matthews, alors âgé de 41 ans, et qui ne mit un terme à sa carrière après être retourné à Stoke City (club qu'il avait fréquenté avant de rejoindre Blackpool) qu'en avril 1965 après un ultime match en forme de jubilé face à une sélection mondiale où figuraient de grands joueurs comme Lev Yachine, Josef Masopust, Ferenc Puskas ou Alfredo Di Stefano. Une retraite à l'âge de 50 ans pour un joueur qui n'avait pas vraiment démarré sur le tard puisqu'il débuta en Championnat et en équipe d'Angleterre avant d'avoir fêté ses 20 ans ! Un grand monsieur qui déclara plus tard pince-sans-rire "Je suis parti trop vite. J’aurais pu jouer deux ans de plus..."

Posté par xav73 à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur The Matthews Final

Nouveau commentaire