25 mars 2010

Du V2 à la Lune... (Partie 5)

vanguard

Pour qui sonne le glas...

« Bip, bip, bip, bip...» Comme ce son lancinant fit mal aux oreilles occidentales! Le soir du 4 octobre 1957, à Washington, on donnait un cocktail à l'ambassade soviétique. Cruelle ironie, ce fut un haut responsable américain, Lloyd Berkner, directeur de l'Année géophysique internationale, qui annonça la nouvelle, la gorge nouée: «Un satellite tourne à 900 kilomètres d'altitude autour de la Terre. Félicitations à nos collègues soviétiques!» 40 petits kilos tout justes bons à émettre ce signal irritant. Mais quelle gifle! Le premier geste spatial de l'Histoire venait d'être accompli par de vulgaires moujiks, communistes de surcroît, que l'on croyait bien incapables d'un tel exploit. La panique s'empara de l'Amérique: les communistes pouvaient maintenant lancer des fusées contre les Etats-Unis, ils allaient mettre en orbite des plates-formes d'où ils jetteraient des bombes atomiques, ils allaient contrôler les cieux ! «Et qui contrôle les hautes sphères de l'espace contrôlera le monde», prophétisa Lyndon Johnson, alors chef de la majorité au Congrès. Pour les Américains, Spoutnik 1, c'était Pearl Harbor !

Dès 1955, les Soviétiques avaient pourtant annoncés, peu après les Américain, leur intention de lancer un satellite. Au Pentagone, on s'étranglait alors de rire. Un satellite ? Pourquoi pas la Lune, tant qu'ils y étaient ! Ce soir d'octobre 1957, on riait désormais jaune de ce côté de l'Atlantique. Et pourtant si l'on avait écouté Von Braun, l'Amérique aurait pu se targuer d'être la première nation dans l'Espace. Mais, vous l'avez bien compris, le principal adversaire de Wernher von Braun, pourtant soutenu par l'armée de terre américaine, n'était pas l'Union Soviétique mais bien l'US Navy, qui a alors l'oreille du Président Dwight David Eisenhower, et qui veut être la seule à avoir la gloire d'avoir pu envoyer le premier satellite artificiel de l'histoire... Lorsque ce soir du 4 octobre 1957, un journaliste vint lui apprendre la nouvelle du lancement soviétique, Von Braun rétorqua, vexé « Nous aurions pu en faire autant il y a deux ans ! Donnez-nous soixante jours et nous serons en place là-haut ! ». En effet, le 21 septembre 1956, la nouvelle fusée de Von Braun, la Jupiter C dérivée du Redstone, avait atteint 1 100 kilomètres d'altitude. Son étage supérieur était vide. L'ingénieur aurait bien aimé y loger un satellite, mais Washington avait formellement refusé: qu'il s'occupe de ses missiles ! Cette première symbolique ne pouvait être réalisée par un Allemand. Le premier satellite américain devait résolument être lancé par la fusée que prépare l'US Navy. Méfiant, Washington enverra même un général à Cap Canaveral pour s'assurer que le satellite de von Braun - car il en a bien fait fabriquer un baptisé Orbiter - était mis au placard. Si elle avait voulu suivre les recommandations de Von Braun l'Amérique aurait réussi ce jour-là la première satellisation de l'histoire ... Il faudra le choc du lancement de Spoutnik pour qu'on laisse enfin Von Braun lancer son satellite. Le soir du 4 octobre, avec le général de brigade John B. Médaris, patron de l'arsenal Redstone, il reçoit le futur Secrétaire d'Etat à la Défense, Neil Mac Elroy. Von Braun sauta sur l'occasion pour demander à Mac Elroy de lever l'interdiction qui lui était faite de procéder aux préparatifs pour le lancement d'un satellite artificiel américain. Mais ce dernier n'entrait en fonction qu'un mois plus tard. Si aucune décision officielle ne fut prise, on s'activa toutefois dans les coulisses. Tant et si bien que le 8 novembre, Mac Elroy accorda finalement un crédit de trois millions et demi de dollars pour modifier le missile balistique Jupiter C (qui allait devenir le lanceur Juno 1) pour pouvoir procéder au lancement d'un satellite. Ce à une condition que ce lancement ait lieu après celui prévu par l'US Navy, prévu début décembre...

ac

Le 6 décembre 1957, certain de la fiabilité de leur technologie, l'US Navy convia, en grande pompe, la presse à assister au lancement du premier satellite artificiel américain depuis Cap Canaveral. Cerise sur le gâteau, ce moment historique allait être diffusé en direct sur les trois grands réseaux télévisés américains (ABC, CBS et NBC). A 16h44 (temps universel), les moteurs de la fusée emportèrent vers l'espace le satellite « Vanguard 1A », une sphère en aluminium de 15,2 cm de diamètre pesant 1,36 kg. Un magnifique décollage, le début d'une folle aventure qui allait durer ... l'espace de deux secondes. Après s'être élevée d'environ un mètre et vingt centimètres, la fusée composée de trois étages perdit de la poussée et commença à retomber en penchant vers l'arrière. Ayant touché violemment la rampe de lancement, les réservoirs de carburant se rompirent et explosèrent, détruisant entièrement la fusée et endommageant gravement la rampe de lancement !... Le satellite Vanguard fut projeté au sol à une courte distance, ses émetteurs continuant à émettre. Cependant, le satellite était trop endommagé pour être réutilisé. Toute l'Amérique assista en direct à la télévision à ce désastre technologique sans précédent !... Les États-Unis ont été humiliés, en partie à cause de leur arrogance puisque contrairement à ce lancement surmédiatisé, les Soviétiques s'étaient bien gardé de communiquer sur les propres lancements avant d'être assuré de leur complet succès. Inutile de dire, que les responsables de l'US Navy ont du rasé les murs du Pentagone les jours suivants. La presse ne fut pas tendre avec ce retentissant échec très vite moqué sous les noms peu flatteurs d'Oopsnik, Flopnik et même Kaputnik ! La faillite était totale...

Ce raté sonnait l'heure de la revanche pour la German Team de Von Braun . Fin janvier 1958, les « Allemands » sont prêts pour un lancement. Une date fut arrêtée le 29, puis reportée le 30 du fait des mauvaises conditions météorologiques. Le tir aura finalement lieu le 31 janvier 1958 dans la soirée. A 22h48, Juno 1 quitte enfin le sol. Sept minutes plus tard, le premier satellite américain, Explorer1, est placé en orbite, soit cent dix-neuf jours après le Spoutnik. Pour l'équipe de lancement, le suspense sera un peu plus long que prévu. Le satellite a été placé sur une orbite plus haute que celle visée, et il faudra attendre huit minutes supplémentaires avant d'entendre le signal radioélectrique certifiant que la mise en orbite a bien eu lieu. Qu'importe c'est une réussite. L'impact d'Explorer 1 sera sans doute moindre car dans une course, c'est toujours le premier qui récolte la gloire et les honneurs. Pourtant, ce satellite présentait un intérêt scientifique indéniable par rapport à son rival soviétique. Il permit en effet de mettre en évidence l'existence de ceintures de rayonnement appelées désormais « Ceintures de Van Allen » en l'honneur du docteur James Van Allen de l'Université de l'Iowa qui avait la charge des instruments scientifiques du satellite. Il faudra attendre le 17 mars 1958 pour voir l'US Navy, et Vanguard, mettre enfin en orbite son premier satellite, d'une masse de 1,54 kg et dénommé "Pamplemousse" en raison de sa petite taille. Il sera le second satellite américain. Le 29 juillet 1958 est fondée la NASA (National Aeronautics & Space Administration), l'agence gouvernementale responsable du programme spatial américain pour mettre, une bonne fois pour toutes, un terme aux rivalités entre les différentes branches de l'US Army ayant émaillé le lancement du premier satellite américain. L'honneur des États-Unis était en partie retrouvé, mais le porte-drapeau du bloc capitaliste se jurait de ne plus jamais être en retard dans la course à l'espace. Ce qu'il ne savait pas alors, c'est que l'avance soviétique était plus importante encore qu'il ne l'imaginait. Le chemin vers la suprématie spatiale était encore long, et il lui faudrait jusque-là accepter bien des succès de l'adversaire, d'autant que Khrouchtchev entendait aller plus loin dans la confirmation de la supériorité spatiale du bloc communiste dans le domaine de l'espace. Néanmoins une chose était sûre : la course était définitivement lancée.

Posté par xav73 à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Commentaires sur Du V2 à la Lune... (Partie 5)

Nouveau commentaire